Nous ne serons jamais de bonnes victimes de viol

Ils nous violent et ils décident ensuite de ce qu’est la bonne attitude à avoir en tant que victime. De toute façon nous ne serons jamais d’assez bonnes victimes.

Il y aura toujours quelque chose :

– Vous portiez telle tenue !

– Tu l’as embrassé !

– Tu en parles tout le temps !

– Vous aviez bu !

– Tu n’en parles jamais !

– Tu as dansé avec lui !

– C’est votre compagnon !

– Vous n’avez pas crié/pleuré/refusé !

– C’était seulement une erreur de jeunesse (véridique)

Et j’en passe.

Meurtre-viol

Non, je n’appellerais pas ça un meurtre. Il n’a jamais dit non.

En 2017, les victimes de viol sont toujours un peu coupables de leur sort. Et les vrais coupables, les violeurs, continuent de vivre leur petite vie tranquille, inquiétés de rien.

Et après on se demande pourquoi seulement 10 % des victimes portent plainte ?

« Parmi toutes les femmes violées, à peine 10 % vont porter plainte. Et pour ces 10 % de plaintes, seule une sur dix débouchera sur un procès aux assises aura lieu. Au final, moins d’un pour cent des violeurs sont condamnés », précise le Dr Piet au Parisien

Source : 20 Minutes

Le viol est un crime et doit être jugé dans une cour d’assises. Or, il y a beaucoup de viols qui sont correctionnalisés. Les viols sur le lieu de travail sont quasiment tous déqualifiés en agression sexuelle ou en harcèlement sexuel.

Source : Nouvel Obs

A cela vient s’ajouter la honte et la peur de la victime, peur largement justifiée quand on voit le parcours qu’est une plainte pour viol puis un procès. Et tout le long, la culpabilisation. Celle que les victimes essayent de balayer d’un revers de main depuis le début. Celle qu’elles se prennent en pleine face parce qu’elles n’auraient pas fait ce qu’il faut.

Il va falloir arrêter avec ça mais vraiment. Qui sommes-nous pour dire comment il faut réagir à un viol ? Qui sommes-nous pour dire à une femme qu’elle n’a pas subi un viol parce qu’elle n’a pas crié, qu’elle ne s’est pas débattue ? Alors qu’aujourd’hui nous connaissons l’état de sidération. Nous savons ce qu’il provoque chez les victimes. Imaginez les répercussions. Vous essayez de vous convaincre que non, ce n’est pas de votre faute, que vous n’êtes pas coupable et là un représentant des forces de l’ordre ou un magistrat vient vous dire que si, vous êtes responsable, parce que vous n’avez pas bien réagi.

Désolée, je ne savais pas qu’il y avait un manuel de la bonne victime de viol avec des cases à cocher !

Concernant l’état de sidération, sur Larousse.fr (parce que je sais vous l’aimez bien celui-là, vous nous le ressortez sur le tapis à toutes les sauces) : « Anéantissement subit des forces vitales, se traduisant par un arrêt de la respiration et un état de mort apparente. »

Ici, on trouve une explication un peu plus longue : « La sidération est un état de stupeur émotive dans lequel le sujet, figé, inerte, donne l’impression d’une perte de connaissance ou réalise un aspect catatonique par son importante rigidité, voire pseudoparkinsonien du fait des tremblements associés.

La sidération est un phénomène psychologique qui a toujours existé. Elle agit comme un arrêt du temps qui fige la personne dans une blessure psychologique traumatique, au point que les émotions semblent pratiquement absentes. La culpabilité est irrationnelle et une « sidération » qui enferment dans le silence et l’incapacité de dire l’épouvante.

La sidération est un blocage total qui protège de la souffrance en s’en distanciant. » 

Et je vous renvoie vers cette vidéo de Marinette > Violences sexuelles : la sidération psychique et vers celle du Magazine de la Santé > Ce qui se passe dans le cerveau pendant un viol

Si j’écris ça aujourd’hui c’est parce que je viens de voir cet article qui nous explique donc qu’un juge a acquitté un violeur parce que sa victime n’a pas crié. Sauf que cette femme a dit STOP, elle l’a dit. Il faut quoi de plus comme preuve ? Apparemment un cri. C’est vrai que de verbaliser son refus ce n’est pas assez. Certaines victimes n’y arrivent même pas parce que justement elles sont dans cet état de sidération et de peur. Il est clair qu’avec cette vision des choses, très peu de violeurs vont être reconnus coupables. Le mieux dans tout ça ? Cette femme victime de viol va maintenant être poursuivie pour diffamation. On applaudit bien fort la culture du viol !

Il serait grand temps que les forces de l’ordre (je vous invite à aller faire un tour sur la page Paye ta Police, c’est édifiant) et les magistrats se mettent à la page. C’est vital.

Je voulais revenir sur un autre point important : parfois les victimes de viol voient apparaître des signes d’excitation durant le viol qu’elles subissent. Ça ne veut en aucun cas dire qu’elles sont consentantes et que ce qu’elles vivent n’est pas un viol. Malheureusement, certain-e-s vont se servir de cela (par exemple de l’état de lubrification ou de la présence d’une érection) pour justifier le fait qu’il ne s’agissait pas d’un viol.

« Inversement, un contexte psychologique défavorable n’empêche pas l’émergence d’un orgasme physique, strictement mécanique. Certaines victimes de viol connaissent ainsi des orgasmes involontaires et traumatisants : la souffrance liée à l’agression est compliquée d’un sentiment de culpabilité5. » 

Source : Wikipédia

Cet article l’explique bien aussi (c’est en anglais).

Ce qu’on nous dit ici c’est que les victimes de viol peuvent ressentir du plaisir et même atteindre l’orgasme durant l’acte. Tout simplement parce que c’est une réponse mécanique du corps. Il réagit de la sorte pour se protéger, pour survivre aux agressions extérieures. Il y a une grande différence entre ce que nous voulons (ici notre consentement) et ce que le corps expérimente et exprime.

Il est plus qu’urgent de briser ce tabou qui ajoute une culpabilité supplémentaire aux victimes puisque dans la tête de tout le monde : orgasme/plaisir = consentement.

Nota Bene : rappelons que le « non » peut intervenir à tout moment, même si l’acte sexuel a déjà commencé, nous avons le droit de changer d’avis, de ne plus avoir envie et nous ne devons jamais du sexe à qui que ce soit.

Soutien à toutes les victimes ❤

Nous ne lâchons rien !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s