Liberté, j’encre ton nom

Il y a des moments où j’envie l’ancienne version de moi. Quand des enfants me disaient que j’étais « trop belleeeee » , que les petites filles voulaient être comme moi quand elles seraient plus grandes. Quand les mecs me regardaient, quand les meufs se comparaient à moi et pouvaient me jalouser.

J’ai bien conscience que c’est de la merde de penser comme ça mais j’ai grandi dans cette société. Je n’ai pas été épargnée, j’ai été conditionnée comme nous toustes.
La beauté chez les AFAB (personnes assignées femmes à la naissance) et chez les meufs ça prend tellement de place, ça a tellement d’importance.
C’est ce qu’on attend de nous avant toute autre chose. Si on n’entre pas dans les standards de beauté, on est défaillante en tant que femme.
On passe tellement de temps à penser à ça, à se demander ce qu’on pense de nous, à entretenir cette apparence qui est à double tranchant.
On ne gagne jamais.

Au fil du temps je me suis rendue compte que j’étais constamment en représentation, dans une performance, et que j’attendais perpétuellement une validation de la part des hommes.
J’existais à travers leurs yeux. Peu importe de qui il s’agissait. C’était un homme, il avait le pouvoir de me rendre importante, intéressante.
Dynamique délétère quand l’un a l’habitude d’être en position dominante et l’autre en position d’infériorité.
Nos conditionnements respectifs alimentent un système qui nous dépasse et nous emprisonne.

Dernièrement, j’ai réussi à m’éloigner de ce fonctionnement et POUTRELLE qu’est-ce que ça fait du bien !
En sortant de la féminité standardisée, on se libère de certaines de nos chaînes.
En tout cas c’est comme ça que ça s’est passé pour moi.
Quand j’étais une « vraie » femme, selon certain-e-s, j’étais ultra complexée par un tas de choses alors que clairement je rentrais pleinement dans les canons de beauté. Malgré cela je détestais mon corps : pas assez de seins (un bonnet A c’est la honte t’as vu), trop de poils et à des endroits où une femme ne devrait pas en avoir, trop grosse (NON, et merci toutes les images, tous les médias, de nous renvoyer l’idée qu’on ne sera jamais assez bien et de nous présenter une seule beauté impossible à atteindre), trop d’imperfections.
Résultat : je plaisais mais pas à la personne la plus importante > moi.
Avancer quand on n’a pas confiance en soi, quand la beauté est une des qualités principales et fondamentales des femmes, nous met dans une situation de vulnérabilité, à la merci de n’importe qui.

Une fois sortie de ce fonctionnement j’ai commencé à exister pour moi et par moi. Je me sens tellement plus libre, tellement plus en accord avec moi-même, même s’il reste évidemment des choses à régler. Je n’ai plus besoin d’exister au travers du regard d’hommes dont je me contrefous. Je me plais maintenant.

C’est assez incroyable pour moi de m’aimer plus alors que je suis sortie de ce qui est acceptable pour la catégorie à laquelle j’appartiens. Et en même temps quand on y réfléchit c’est logique : une fois hors de cette case qui m’emprisonnait, libérée de ses injonctions et du male gaze, il ne reste qu’une impression de légèreté.

Quand on s’accepte comme on est, les messages nocifs des médias ou des autres n’ont plus prise sur nous.
Toutefois je reste sensible et parfois la méchanceté gratuite des personnes bloquées dans leur vision étriquée peut faire très mal.
Se renforcer et garder en tête le bien que ça me fait d’être comme je suis.
C’est un cheminement perpétuel.

NB : Il n’y a aucune injonction à sortir des standards de la féminité, j’explique seulement ce que ça a eu comme répercussions dans ma vie.
Il n’y a aucune injonction à s’accepter tel que l’on est non plus.
Le rapport au corps est compliqué, d’autant plus pour les personnes s’éloignant du haut de la pyramide (personnes trans, racisées, pauvres, en situation de handicap, grosses, etc).

De plus ici je parle de situations que j’ai observées pour moi et pour d’autres, ça ne signifie pas que c’est ce qui arrive pour toustes.

Soutien à toustes, de l’amour, de la bienveillance ❤️💪❤️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s